Infiltrations articulaires

De quoi s’agit-il ?

Cet examen consiste à injecter à l’aide d’une aiguille un liquide iodé à l’intérieur d’une articulation.
Des clichés radiographiques permettent ensuite d’étudier le contenu de l’articulation.
Cette technique utilise donc des rayons X.

En matière d’irradiation des patients, aucun risque n’a pu être démontré compte tenu des faibles doses utilisées et des précautions prises pour limiter au strict minimum la zone examinée. Toutefois, des précautions concernant les femmes enceintes doivent être prises systématiquement. C’est pourquoi il est important de signaler si vous pouvez être dans ce cas.

Le déroulement de l’examen

  • L’examen se fait en position allongée.
  • La peau est d’abord désinfectée. La piqûre est un moment un peu désagréable de l’examen.
  • L’injection du liquide iodé dans l’articulation ne provoque tout au plus que des douleurs modérées et très passagères. Après avoir retiré l’aiguille, votre articulation sera placée dans différentes positions et on prendra plusieurs clichés.
  • L’arthrographie peut être complétée immédiatement par un scanner de l’articulation. Ceci ne nécessitera pas de deuxième piqûre.

Quelles complications pourraient survenir pendant l’examen ?

Il est rarissime qu’un liquide iodé injecté dans une articulation déclenche des réactions allergiques. De plus, celles-ci sont le plus souvent sans conséquence.

Quelles complications pourraient survenir après l’examen ?

Toute intervention sur le corps humain, même conduite dans des conditions de compétence et de sécurité maximales, comporte un risque de complication.
Comme pour toute ponction, il existe un très faible risque d’infection. Nous prenons, bien entendu, toutes les précautions nécessaires pour l’éviter. Des douleurs, un gonflement de l’articulation, de la fièvre dans les jours suivant l’examen doivent vous alerter. Il faut alors nous appeler sans délai, car il peut être urgent de vous donner un traitement.

Résultats

Un premier commentaire pourra vous être donné juste après l’examen. Il ne s’agira là que d’une première approche, car les images doivent être ensuite analysées plus en détail par le médecin radiologue. Le compte-rendu écrit sera disponible dans les meilleurs délais.

Ce que vous devez faire

Avant l’examen, répondez attentivement aux questions suivantes

  • Avez-vous des risques particuliers de saigner ?
  • Avez-vous une maladie du sang ou des saignements fréquents ou prolongés (du nez par exemple) ?
  • Prenez-vous un traitement fluidifiant le sang (anticoagulant ou anti-agrégant plaquettaire type Aspirine, Asasantine, Kardegic, Persantine, Plavix, Previscan Sintrom, Solupsan, Ticlid …), ou tout simplement souvent de l’Aspirine contre le mal de tête ? Dans ce cas, il sera nécessaire d’arrêter ce traitement avant l’examen : nous vous préciserons combien de temps

Etes-vous allergique ?

  • à certains médicaments ou pommades, ou êtes-vous asthmatique ?
  • Avez-vous mal toléré un examen radiologique ?
  • Avez-vous eu récemment une infection (fièvre, mal de gorge) ou des soins dentaires ?
  • Etes-vous enceinte ou susceptible de l’être ? Allaitez-vous ?

D’une manière générale, n’hésitez pas à fournir tout renseignement qui vous paraîtrait important à communiquer et à nous informer de toute maladie sérieuse.

Apportez le jour de l’examen

  1. la demande de votre médecin (ordonnance, lettre….)
  2. tous vos résultats d’analyses de sang,
  3. le dossier radiologique en votre possession (radiographies, échographies, scanners, IRM ...)
  4. la liste écrite des médicaments que vous prenez.

Avant de vous rendre à l’examen

Il est recommandé de bien se laver la peau, à l’endroit de l’articulation, avec un savon liquide désinfectant par exemple. Mais surtout il ne faut pas raser la peau.

Jour de l’examen

Le jour de l’examen, vous pouvez manger normalement. Pour être plus à l’aise, il est conseillé d’aller aux toilettes avant la ponction.

Après l’examen

Limitez les mouvements de votre articulation durant les 24 heures suivantes pour éviter la survenue de douleurs ou d’un épanchement (gonflement).
Interrompez le sport et la kinésithérapie pendant 48 heures.
Si besoin, reprenez contact avec votre radiologiste.